PUBLICITÉ

 

Politique. Depuis Linas, l’ancien leader du Front National a lancé la campagne présidentielle de son mouvement en Essonne. Pour Jean-Marie Le Pen, Nicolas Sarkozy ne sera pas candidat en 2012.

  • Photo : Audrey Guibert (à gauche), la responsable du FN 91,  Jean-Marie Le Pen et Marie-Christine Arnautu (DM/EI)

A moins  de cinq mois de l’échéance présidentielle, le Front National a tenu un rassemblement de ses adhérents, samedi à Linas, autour de Jean-Marie Le Pen, accueilli sous les huées des militants et élus de gauche (Lire notre article). La responsable du FN 91 a profité d’une conférence de presse pour lancer la campagne présidentielle de son mouvement en Essonne. Audrey Guibert (Lire notre portrait), dénonce ce qu’elle nomme « le bilan désastreux des députés PS et UMP en Essonne », qui « brillent par leur absentéisme » sur les bancs de l’Assemblée Nationale, la palme d’or revenant, pour le FN, au député-maire d’Étampes, Franck Marlin. Il est vrai que la dernière étude du site NoDéputés.fr révèle que l’élu du sud de l’Essonne n’a siégé à aucune commission de travail sur les vingt et une réunions auxquelles il était convié (Lire notre article).

« Le candidat de l’UMP peut arriver en troisième position »

De son côté, au delà des questions sur l’Europe et l’immigration, Jean-Marie Le Pen pronostique une défaite de l’UMP et de son candidat. Mais pour l’ancien leader frontiste, le candidat de la majorité présidentielle ne sera pas forcément celui que nous croyons, laissant entendre les noms d’Alain Juppé et François Fillon : « Je suis de ceux qui pensent que Nicolas Sarkozy ne sera pas forcément candidat (…) Il ne tient sans doute pas à ce qu’on lui présente dans les cinq ans qui suivent les factures de la politique qu’il a menée ». Pour Jean-Marie Le Pen, si le candidat de l’UMP arrive en troisième position, le parti de la majorité présidentielle « explosera ».


Categories de l'article: Brétigny / Arpajon, Politique

Contribuez à cet article