>PUBLICITÉ

 

Plusieurs médias ainsi que des personnalités ont réagi ce week-end à des rumeurs autour du tragique accident ferroviaire survenu en gare de Brétigny-sur-Orge. Beaucoup de bruit et un début de polémique autour d’actes de délinquance présumés et des caillassages. Présents sur place, les journalistes d’Essonne Info ont assisté aux « faits », qui se résument à quelques tensions autour des lieux.

Les forces de l'ordre installent un premier barrage. (JM/EI)

Les forces de l’ordre installent un premier barrage. (JM/EI)

 

 

Le climat était singulier vendredi soir autour de la gare de Brétigny. A la suite du dramatique accident survenu en fin d’après-midi, les riverains  assistent au ballet incessant des ambulances, des camions de pompiers, et des caméras, qui occupent le bas du parvis de la gare. Les observateurs sont tous postés hors du périmètre de sécurité gardé par les forces de l’ordre. D’autres curieux sont présents en ville à cet instant, mais aussi de nombreuses personnes cherchant une solution pour trouver un bus de substitution ou tout simplement rentrer chez elles.

Les voitures sont rapidement écartées du centre-ville, et parmi les automobilistes garés à proximité de la gare certains ne peuvent accéder à leur véhicule. Les commerçants quant à eux sortent de leur boutique, attendent comme les autres des nouvelles de la catastrophe. Une atmosphère pesante règne sur les lieux (lire notre reportage), les uns essayant de voir la scène et arracher toutes nouvelles informations, et les autres tachant de remplir leur mission de secourisme ou de maintien de l’ordre.

Au croisement du boulevard de la République et de la rue Maurice Boyau les forces de l’ordre installent un premier barrage. Les esprits s’échauffent au moment où des brigades mobiles repoussent les personnes au delà d’un périmètre élargi. Certains tentent alors de rentrer à leur domicile, et se font fermement stopper. « Je dois dîner chez mon frère » s’énerve une jeune femme, « il habite à quelques mètres derrière le barrage » . Impossibilité de passer, on lui demande de faire le tour. « Mais le tour par où? » s’interroge-t-elle tout haut.

 

Une pierre a été lancée

 

Un instant plus tard, une mère de famille souhaite aller à la supérette pour acheter des couches. On lui refuse le passage et l’un des agents lui propose de « demander à [ses] voisins » . Les forces de l’ordre sont inflexibles et le dispositif de sécurité mis en place est très impressionnant. Peut-être trop ? Un groupe de personnes bloquées rue Boyau, exprime son mécontentement. Le ton monte lorsque plusieurs gardes mobiles les refoulent énergiquement au fond de la rue. Quelques insultes fusent, et un jeune homme lance à ce moment un projectile en direction des policiers. Ces derniers sortent les flashballs prêts à riposter. Mais ils n’en ont au final pas eu besoin, puisque les quelques personnes énervées se sont tout de suite écartées des lieux.

Oui, une pierre a bien été lancée, cela dans un état de tension ambiante. Toutefois nul caillassage ou émeute, comme certains ont pu l’écrire, parfois dans le but de profiter d’une polémique ainsi créée sur ces soi-disant « voyous » ou « barbares » . Quant aux informations faisant état de pillage de victimes, d’histoires de vols sur les personnels de secours et les journalistes, il s’avère que rien de cela ne s’est déroulé. Seul un vol isolé dont a été victime un membre du SAMU a été confirmé. Tout serait partie d’une « source policière » et d’un membre du syndicat Alliance cités par Europe 1. Mais le soir même et plusieurs fois le lendemain, le préfet Michel Fuzeau, les services de pompiers, le SAMU ou encore la Croix Rouge ont affirmé à nos confrères que les opérations de secours s’étaient déroulées sans heurts et dans le calme.

 

Les personnels de la SNCF ont été au devant des victimes. Photo prise samedi. (Mathieu Miannay / EI)

Les personnels de la SNCF ont été au devant des victimes. Photo prise samedi. (Mathieu Miannay / EI)

 

Solidarité et entraide

 

Cette affaire montée en épingle montre à quel point des informations peu fiables relayées par quelques commentateurs peuvent suffire à passer sous silence l’entraide dont ont fait preuve plusieurs Brétignolais, présents sur les lieux ou habitant à proximité, pour venir en aide aux personnes blessées et choquées. Très vite après l’accident, alors que le centre-ville apprend la catastrophe, une chaîne humaine, partie depuis le magasin Intermarché apporte à la gare de l’eau et des vivres. Autour de la gare, l’entraide est de mise, pour sortir les voyageurs du train déraillé, réconforter les personnes choquées et ouvrir la voie des secouristes.

Au milieu de cette foule, beaucoup de personnes perdues, ne sachant pas où elles se trouvent. Les personnels de la SNCF sortent également au devant des victimes, et ne compteront ce soir là pas leurs heures supplémentaires. Solidarité de mise également en ville, où plusieurs Brétignolais et habitants des alentours ramènent les personnes sans solution de transport. Comme cette femme qui propose naturellement à cette habitante de Saint-Michel-sur-Orge de la conduire chez elle, celle-ci ne sachant pas comment faire.

Ce type d’intox touche malheureusement de plus en plus le journalisme. Il ne s’agit pas ici de mettre en défaut les journalistes, mais de mettre en lumière un système global. A l’heure de Twitter et de l’Information mort-née, car périmée à l’instant même où elle apparaît, l’immédiateté de l’actualité se révèle le pire ennemi du journalisme d’investigation. Le temps des médias empêche la prise de recul et le temps long de l’analyse, de la vérification et confrontation des sources, en somme du sens critique. Les pires dérives sont alors possibles, la raison laisse place à l’affect, et un événement aussi tragique que ce déraillement de train peut devenir l’outil d’une instrumentalisation plus politique et pernicieuse.

 

 

 

Vous pouvez contacter la rédaction d'Essonne Info par courriel (redaction@essonneinfo.fr).

Categories de l'article: Brétigny / Arpajon, Société

Les lecteurs ont posté 29 contributions pour le moment.

  1. Daniel Santos dit :

    L’info de proximité plus proche de la réalité !

    Merci

  2. Queenbee dit :

    Merci pour cet article ayant deux effets, l’un de relater ce qui s’est réellement passé aux alentours de la gare ce jour là et l’autre de dénoncer un « journalisme » du fait divers porté sur le sensationnel.

    Mes pensées vont aux familles des victimes de ce tragiques accident qui n’ont pas besoin d’une telle publicité.

    S’agissant des forces de police déployées en nombre impressionnant, en tant que riveraine de l’assemblée nationale, je connais très bien le problème.

    Lors de discussions parlementaires « chaudes » (budget, écologie, mariage pour tous…) des dizaines de camions de CRS sont déployées aux alentours de l’assemblée. Des CRS qui bien entendu ne connaissent pas le quartier, vous disent de « faire le tour » sans pour autant vous donner une solution de rechange.

    A les avoir observé à plusieurs reprises c’est toujours le même scénario, les agents sont lâchés sur le terrain avec le minimum d’infos pour exécuter leur mission. En plus de la mission elle même, ils doivent gérer les passants énervés qui sans cesse demandent pas où ils peuvent passer. J’ai failli me faire embarquer pour avoir un peu trop haussé le ton, preuve qu’ils sont assez « à cran ».
    En conclusion, « faites le tour » ou revenez demain c’est plus sage.

  3. Herve Antoine dit :

    Vous n’êtes pas plus crédible que les autres… mêm votre page « Mentions Légales » est vide… soit disant en construction… pas mal pour des gens qui se disent détenir la vérité…

  4. gilbert rodriguez dit :

    Mouais, j’y étais et non il y a bien eu quelques vols, désolé mais vous ne pouviez pas tout voir. C’était désolent …

    • Pablo Baresco dit :

      Perso j’y étais et j’ai rien vu de tel. Et aucun des 10-12 personnes qui y étaient et avec qui j’ai parlé n’ont rien vu de tel… Et tout un tas de personnes ont pris la parole depuis samedi pour dire que rien de particulier ne s’est produit… Vous êtes un peu seul M. Rodriguez…

    • Daoud Abu Hurayrah dit :

      allez, le trolleur de l’extreme droite qui dit qu’il y était mais qui en fait n’y était pas ! avouez ! vous etes bien eu !
      On le sait que vous ne repondrez pas car vous etes juste un menteur du F Haine et de l’UMP qui y en a vouloir des sous !

    • ankou dit :

      OUI !! il y a eu des vols parmi les voyageurs accidentés !
      La police a trouvé sur un téléphone d’un des interpellé un SMS qui disait : qu’as-tu trouver dans les bagages ?!
      Qui peut penser autre chose que de la rapine de leurs part ?
      Il faut lire les informations ailleurs que dans les merdias traditionnels, la vérité est ailleurs et surtout dans des blogues.

  5. candas dit :

    je préfère cela à cette rumeur au fait je crois que le syndicat policier alliance est proche de l’extrême droite ceci expliquant cela l’info en continu a ses avantages mais aussi ses inconvénients la folle recherche du scoop

    • JO dit :

      L’extrême droite? C’est quand même bizarre, personne n’a présumé que ces potentiels caillasseurs ou voleurs seraient issus de l’immigration. Vous faites un parallèle un peu rapide. Ne stigmatisons pas…

      • Pierre Martin dit :

        Ben il y a vous déjà dans ce commentaire

      • Romain dit :

        Pas besoin ! Des rumeurs comme ça n’ont pas besoin de désigner les jeunes « issus de l’immigration », c’est tellement sous entendu à la base que c’en est gerbant.
        Un fait divers en IDF -> c’est « l’immigration-l’Islam ».
        Pathétique.
        D’ailleurs le sous entendu est tellement puissant que la source policière se fait cataloguer extrême droite, et qu’en réponse on voit ressortir les « jeunes issus de l’immigration ». On peut les appeler Noirs et Arabes, ça les choquerait moins que de prendre des pincettes pour leur cracher de la haine dans le dos.

        Frères noirs et arabes, tenez le coup, les fachos ne s’excitent que sur le net, dans la rue ils baissent les yeux.

  6. Lnk dit :

    Je ne suis que partiellement d’accord avec votre conclusion : Internet et Twitter n’y sont pour rien au départ, puisque l’information fausse (ou au moins très exagérée) a été donnée par un syndicat de policiers et reprise par une station de radio qui n’a pas pris soin de la vérifier. Syndicats et radios existent depuis bien plus longtemps qu’internet!

    • damien lapostolet dit :

      LnK,
      Ce que j’ai compris de l’article sur ce sujet, ce n’est pas que des sites du type twitter, et internet en général, créé la fausse (ou très exagérée) information, mais plutôt qu’elle favorise sa propagation au sein de la population. Oui, ils existent depuis plus longtemps qu’internet, mais auparavant, les informations se propageaient beaucoup moins vite, donc pouvait être contré plus rapidement, alors qu’aujourd’hui, en moins d’une journée, il doit bien y avoir au moins 80% (et je pense être faible) de la population qui peut être au courant d’une information (correct ou fausse).

  7. françoise daviot dit :

    il est normal que des paramètres de sécurité se fassent ! je ne vois pas le problème, effectivement cela a du perturbé quelques citoyens !!!! un paquet de couches ! les policiers ont raison ! une solidarité entre voisins devraient se faire automatiquement, pendant ce temps là, des morts à quelques mètres de là, et du boulot pour les secouristes et les sauveteurs !! et des policiers qui font leur travail pour ne pas faire un sur accident !!!! pour une fois le déploiement UTILE !!!! alors arrêter de râler pour quelques heures de détour ou d’attente, peut être qu’un jour vous perdrez un être cher !!! dans un accident stupide et là vous verrez que parfois chaque agent ou employé est utile et qu’un espace sécurisant est parfois important,

  8. Christophe DA SILVA dit :

    Gilbert Rodriguez : où étiez-vous précisément au niveau de la gare? Qu’avez-vous vu exactement?
    Parceque j’y étais aussi et je n’ai pas vu de scène de pillages ni de vols.

    • Claudio Matzke dit :

      On attend avec impatience la réponse de M. Rodriguez.

      • de la mata jeanpaul dit :

        La réponse de Monsieur Rodriguez qu’il y soit ou pas on s’en fout… par contre les ragots,les mensonges, le dégueuli,la diffamation, etc… de la nana du syndicat Alliance qui s’est distinguée en direct sur les ondes ça ce n’est pas du pipi de chat à la Rodriguez…Et personne ne se préoccupe de savoir s’il y a eu des conséquences négatives la concernant ?

        Autrement dit un fonctionnaire de police, de nos jours, peut toujours se permettre de cracher sur son uniforme et d’envoyer des innocents en taule…Le changement c’est maintenant qu’ils disaient …Et mon cul, c’est du poulet ?

  9. Zep dit :

    Basiquement parlant, cet événement a servi à l’extrême droite (FN principalement, vite rattrapé par l’UMP) pour nous ressortir leur éternel discours sur la « gôôôche » supposée trop laxiste, sur la justice trop gentille avec les jeunes, etc. N’oublions pas que ça démarre avec Alliance, syndicat réputé pour adapter la réalité à leur point de vue.

    Forcément, en parlant de « pillages », de « barbares », etc., ils sont surfé sur la vive émotion qui a entouré ce drame. Le poison s’est distillé sur les réseaux sociaux, repris en boucle jusqu’aux médias qui ont alors surfé sur la chose. Au lieu de prendre du recul, ils ont interviewé Madame Michu qui n’a peut être rien vu, mais a répété ce qu’elle a entendu. La boucle est bouclée.

    Aujourd’hui, les sources (nombreuses et indépendantes) révèlent que s’il y a eu exactions, elles sont en nombre limité. Ca n’empêche pas d’être dégueulasse, mais on est loin, très loin des scènes de chaos initialement annoncées.

    Pour moi, la droite a perdu les pédales. A force de vouloir faire vaciller le pouvoir qu’elle juge illégitime, elle supporte des mouvements de plus en plus dangereux : Manif pour tous hier et aujourd’hui extrême droite.

  10. Felix Meyer dit :

    En fait, je ne comprend pas très bien le rideau de fumée que le gouvernement essaie de déployer. Ne peut on pas tous s’accorder à dire que de tels faits (caillasser les secours) sont absolument scandaleux et inexcusables, qu’ils sont le fait d’un petit groupe de voyous asociaux et que notre société ne peux pas tolérer?
    En essayant de nier des faits, le gouvernement donne à tort l’impression d’excuser l’inexcusable, je pense que c’est une grossière erreur à la fois éthique et stratégique. Si tout le monde s’accordait à dire le fond de sa pensée, à savoir que ces gestes sont écoeurants, il n’y aurait pas de polémique et cela profiterait moins à l’extrême droite.

    • olivier dit :

      Non felix, tout le monde est d’accord sur le fet que de caillasser un service de l’état quel qu’il soit et surtout un service d’urgence lors d’un accident aussi important que celui de la gare de Brétigny est INEXCUSABLE!! Le problème, c’est que LA pierre jetée par UN individu ce transforme en un caillassage de la part d’un groupe de personne, qui en plus dépouillent les secours ce qui nous rappel les incident du RER D en gare de Grigny il y a quelques mois. Raccourcis rapide, amplification, stigmatisation, voilà comment fond les politiques se jettent et nous pondent l’info!!!!

  11. Brina dit :

    1 seul cailloux, une seul insulte, un seul vol est de trop dans de tel conditions

    les couches pas urgent
    diner chez le frère pas urgent

    les policiers sont là pour la protection de tout le monde ils ont fait leur travail point final.

    • Romain dit :

      Les couches, pas urgent ??? Avez-vous des enfants ?
      Diner chez le frère pas urgent ? Connaissez vous les raisons de ce diner ? Peut-être était-il crucial, s’agissait-il de retrouvailles, la vie de chacun est au moins aussi importante que des barricades à tenir !

      Un policier qui fait bien son taf n’est pas un robot, il est sensé le faire humainement, et c’est de plus en plus rare.
      Etant jeune, on avait des « discussions » avec les flics, aujourd’hui c’est de la confrontation, et la faute est partagée.

    • Newlove 972 dit :

      Entièrement d’accord avec vous sauf pour les couches j’ai des triplés en bas âge et sans couches je serai pas dans la merde enfin plutôt eux (faut pas déconner non plus ça fait parti de choses vitales tout comme l’eau, le PQ etc).
      Après tout le monde ne côtoie pas ses voisins et la solidarité entre voisins c’est 1 fois par an (lors de la fête des voisins lol).
      Bref la n’est pas le sujet on a bien compris que la police était la pour nous protéger et faire régner la loi (heureusement d’ailleurs sinon ce serait l’anarchie :S) mais ne pas laisser une mère de famille aller chercher des couches désolée mais c’est pas normal…par contre pour la fille qui devait manger chez son frère j’espère quelle a pas loupé un super repas lol (perso je tuerai pour un Colombo ah ah ah).
      Sur ce bonne nuit tout le monde

      • paoubleu dit :

        Pour les couches, il y a la solution couches lavable économique et écologique qui ne posent pas, non plus, le problème du manque d’anticipation!
        Tout problème a sa solution, les couches sont aussi importantes qu’un bon repas!

  12. spyker dit :

    1 seul question qui reglement et répondra a toutes ses réactions!Pourquoi n’y a t-il pas 1 seul vidéo disponible des fameux pillages et caillasage??? Tout le monde sait qu’il y’a toujours une personne avec un portable qui obligatoirement film bizarrement on ne nous propose aucune vidéo pouvant faire taire les ragots…A bon entendeur, bonne réflexion!

  13. kingdiamond dit :

    Il y a eu des caillassages brefs mais spontanés.
    Il y a eu des valises pillées par plusieurs individus, des gens délestés de leur multimédias par des « voyageurs » saisis par l’opportunité de faire des emplettes faciles.
    Il y a des personnes recherchées actuellement par la police, certaines ne seront peut etre pas retrouvées.
    Oui ces faits sont réels et choquants, mais pitié, respectez le drame national de cette catastrophe du au mauvais entretien des rails.

  14. de la mata jeanpaul dit :

    Vite rattrapé par l’Ump, la droite a perdu les pédales ose dire le Zep ?

    Mais comment certaines personnes peuvent-elles être aussi nuisibles, arriérées et méchantes devant un tel fait divers dans la vie ?

Contribuez à cet article


займы на карту с плохой кредитной историей займы онлайн на карту срочно микрозаймы онлайн с плохой кредитной историей