>PUBLICITÉ

 

Oxmo Puccino n’est plus à présenter. Ce rappeur confirmé et talentueux, en tournée dans toute la France fait une escale dans une salle essonnienne, Paul B à Massy. A cet effet, Essonne Info vous fait (re)découvrir cet artiste singulier.  

Oxmo Puccino (© Vincent Desailly)

Oxmo Puccino (© Vincent Desailly)

 

Des artistes de renom de la scène urbaine, de passage en Essonne, il y en a eu ! Après Youssoupha en mai dernier qui avait enflammé le Plan, et Disiz en juin 2014, tête d’affiche du Festival Session2style d’Athis-Mons, c’est à présent à Oxmo Puccino de venir rendre visite à son public essonnien, ou ses « Flowers » comme il les appelle.

Revenons sur son histoire. C’est avec son don pour l’écriture et sa poésie qu’Oxmo s’est fait connaître du grand public. Dans le milieu depuis ses 13 ans, il se démarque rapidement de ses camarades avec sa plume d’or. Auteur, deux Victoires de la musique, deux disques d’or… Entre rap et chanson française, son talent n’est plus à prouver.  Plus de 4 mois après la sortie de son nouvel album La voix lactée, et en pleine tournée, le « Black Brel », nous accorde cette interview.


 

Essonne Info :  Une grosse tournée, notamment dans les grandes villes françaises. Le 29 mars à Massy, une date comme les autres ?

Oxmo Puccino : Chaque date à sa particularité. Chaque salle à son histoire, son atmosphère, son public aussi. Peu importe l’audience, l’important c’est vivre pleinement chaque rendez-vous avec mes Flowers.

Essonne InfoAprès plus de 20 ans dans le milieu, qu’est-ce qui a changé pour toi ?

Oxmo Puccino : C’est une très bonne question. Heureusement beaucoup de choses ont changé. Notre musique a désormais son histoire, ses légendes, ses portes drapeaux. Le public s’est élargi. Il y en a aujourd’hui qui écoutent du rap de 7 à 77 ans ! Pour ma part, je suis dans une quête permanente, motivé par la seule envie de retrouver la scène et de vivre des moments intenses avec celles et ceux qui me font l’honneur de se déplacer. Je ne suis pas dans le miroir de ce que proposent les autres artistes, j’ai déjà beaucoup à faire à me concentrer sur mes textes, sur la musique, travailler le son, les instruments. Aujourd’hui à mes concerts, il y a des gens qui ont 40 ans qui sont fidèles au rendez-vous depuis 20 ans et à qui je dois beaucoup. Certains ont des enfants. Mais je vois aussi des plus jeunes venir en équipe, parfois ils emmènent avec eux leurs parents. On croise quelques personnes plus âgées aussi qui portent beaucoup d’émotion. Mes concerts c’est tout ça à la fois.

Essonne InfoTu as la chance d’avoir un public fidèle, qui te suit donc depuis des années et des années maintenant…

Oxmo Puccino : J’ai cette chance-là, oui. Je leur dois beaucoup, ils m’ont suivi dans mes choix, dans mes remises en questions, quel que soit le succès, ils sont là ! J’échange beaucoup avec eux, via les réseaux sociaux, autour d’un café. Mes fans, c’est mon plus beau trésor.

Essonne InfoPenses-tu avoir touché la nouvelle génération ?

Oxmo Puccino : Ce n’est pas une question que je me pose. M’écoute qui veut. La musique est à disposition. La jeunesse me passionne. Elle est formidable, bien plus proactive, cultivée et « démerde » qu’on veut bien le dire. Elle ose et se réinvente et dans cette culture qu’est le hip-hop, elle fait preuve de beaucoup de respect envers les plus anciens. Mais que je fasse un titre avec Nekfeu, Georgio ou Adamo, c’est mué par la même envie de faire une bonne chanson et de partager un bon moment.

Essonne InfoTu as récemment créé une application mobile. Dans quel but ?

Oxmo Puccino : Tous les moyens pour se rapprocher de mes fans méritent d’être explorés.

Essonne InfoParles-nous de ton nouvel album

Oxmo Puccino : J’ai voulu faire un album « plus léger », un album plus lumineux pour se faire du bien. On sort d’une année terrible et l’actualité ne laisse que peu de place à la lumière. Je crois que plus que jamais, nous avons besoin d’amour, de paix, de vivre pleinement l’instant présent. C’est dans cette démarche que j’ai fait ce nouvel album. J’ai commencé à écrire lors de la fin de la tournée précédente. Puis j’ai composé des maquettes chez moi avec ma guitare, la basse et MPC. Puis je suis allé voir le patron, Renaud Letang, qui a défini cette couleur plus synthétique mais tout aussi chaleureuse. On a beaucoup travaillé cet aspect, le choix du bon instrument au profit du bon son. Pas de fioriture, pas de superproduction Hollywoodienne. Rien n’a été laissé au hasard mais tout a été fait par plaisir.

Slow Life, extrait du nouvel album, La Voix Lactée.

Essonne InfoAvec qui d’autre as-tu collaboré pour cet album ?

Oxmo Puccino : Cet album on l’a fait en équipe réduite. J’ai d’abord travaillé avec Edouard Ardan pour monter les titres, travailler les compos, puis ensuite avec Renaud Letang et Thomas Moulin pour la production des œuvres. J’ai joué toutes les basses présentes sur ce disque, chacun a donné le meilleur de lui-même. C’est un album très important.

Essonne Info : Aucun featuring. Pourquoi ?

Oxmo Puccino : Le featuring ne se réfléchit pas, il ne se calcule pas. C’est une occasion à saisir. Réunir les agendas, avoir une idée de chanson qui nécessite cette collaboration et la difficulté ensuite de pouvoir les présenter sur scène. C’est pour tout cela qu’il n’y a pas de featuring.

Essonne Info : Peut-être un morceau favori ?

Oxmo Puccino : Un morceau favori ? Très compliqué de répondre à cette question. En ce moment, je suis en tournée alors je dirais que des titres comme Doux or Die, Les potos ou 1998 prennent un sens tout particulier. Mais si on parle d’écriture, de sujet, d’émotion, je dirais Un week-end sur deux.

Doux or Die en live, extrait du nouvel album, La Voix Lactée.

Essonne InfoDes projets à venir ?

Oxmo Puccino : Je ne suis plus dans les projets. Je suis dans le concret, dans le réel. Je travaille chaque jour. Depuis 2 ans, je développe un long-métrage en tant qu’auteur avec Redouanne Harjane. On tourne actuellement une web-série que vous devriez découvrir bientôt, un  recueil de nouvelles aussi, et la volonté de transmettre aussi aux plus jeunes artistes.

 

Et pour le moment, Oxmo sillonne les salles françaises jusqu’au 23 novembre 2016. Il fait un arrêt le 29 mars à Paul B à Massy. Nouvel album et anciens tubes, l’artiste vous emmènera dans son univers aussi éclectique que prodigieux.

Categories de l'article: Culture, Massy / Longjumeau, Non classé, Une

Contribuez à cet article


займы на карту с плохой кредитной историей займы онлайн на карту срочно микрозаймы онлайн с плохой кредитной историей